Sur la Judith de Boyer

Sur la Judith de Boyer

À sa Judith, Boyer par aventure

Était assis près d’un riche caissier :

Bien aise était, car le bon financier

S’attendrissait et pleurait sans mesure.

Bon gré vous sait, lui dit le vieux rimeur,

Le beau vous touche et ne seriez d’humeur

À vous saisir pour une baliverne.

Lors le richard, en larmoyant, lui dit :

Je pleure, hélas ! pour ce pauvre Holopherne

Si méchamment mis à mort par Judith.

Numéro
*0696


Année
Inconnue

Auteur
Racine

Description

Dixain


Références

Choix d'épigrammes, p.35

Mots Clefs
Sur la Judith de Boyer. Plaisant malentendu