Sans titre

Tous les flambeaux qui sur ma tombe

Reluisent après mon trépas

Ne sauraient m’éclairer là-bas

Ni empêcher que je ne tombe.

A quoi bon cette pompe funèbre ?

Je ne suis plus cet éminent

A quoi me servent maintenant

Tant de messes que l’on célèbre ?

J’ai vécu d’une étrange mode

Beaucoup de Français sont témoins

Que j’ai fait verser pour le moins

Autant de sang que fit Hérode.

Que mon sort est déplorable !

Maudite soit l’ambition.

J’entends à ma confusion

Donner l’arrêt irrévocable

Amis, cesse vos chants stériles

Et retournez en vos maisons.

Vos prières sont inutiles,

Dieu n’entend point vos oraisons.

Vous, parents que le bien aveugle,

Détestant mon adversité,

Restituez par charité

Le sang que j’ai tiré du peuple.

Numéro
*0119


Année
1642

Description

24 vers

Notes

Une autre version en *0324 - Ci-gît 0053


Références

Arsenal 3128, f°23v-24r

Mots Clefs
Richelieu