Sonnet

                            Sonnet

L’avare Mazarin n’est maintenant qu’une ombre,

Ses trésors ont passé dans une autre maison.

Si l’aveugle destin eût suivi la raison,

Un bourreau l’eût poussé dans le royaume sombre.

 

Des biens qu’il a volés, qui vous dirait le nombre

Pourrait compter les fleurs de la belle saison.

Plus amoureux de l’or que ne l’était Jason,

Afin d’en acquérir il courut plus d’encombre.

 

Pour ses seuls intérêts il mit l’Europe en feu,

Il était sans parole, il trompait dans le jeu.

Le vilain eût souffert pour moins d’une pastille

 

De la peau de son corps qu’on eût fait un tambour.

On croit que des damnés il aurait la quadrille

Ayant été méchant jusqu’au dernier jour.

Numéro
*0569


Année
1661

Description

Sonnet

Notes

Ci-gît 0438


Références

Tableau de la vie de Mazarin, p.236

Mots Clefs
Mazarin