Sans titre

Autrefois le peuple de Dieu

Campa dans un si vilain lieu

Que des milliers y périrent

Par des serpents qui les mordirent.

Moïse en fit faire un d’airain

Comme un remède souverain,

Mais il l’envoya à la potence.

Si celui qui perdit la France

Était ainsi devant Paris,

Les Français en seraient guéris.

Numéro
*0384


Année
1683

Description

Dixain

Notes

Ci-gît 0479


Références

Tableau de la vie de Colbert, p.274

Mots Clefs
Colbert