Ah, pourquoi tant écrire,